Depuis l'arrêté imposant les modalités de surveillance des légionelles, les établissements de santé sont tenus de mettre en place un contrôle de la température de leurs réseaux d'eau chaude sanitaire. Le centre hospitalier de Saint-Junien en Haute-Vienne a intégré la solution proposée par JRI. Pascal Hyvernaud, responsable des Services Techniques, nous l'expose.

Pouvez-vous nous parler du contenu de l'arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les réseaux d'eau chaude sanitaire des établissements de santé ?
Pascal Hyvernaud : L'arrêté du 1er février 2010 indique clairement les modalités de surveillance des légionelles, elles reposent sur le relevé de la température de l'eau et sur des campagnes de recherche de légionelles.
Pour les établissements de santé, cette température doit être contrôlée au minimum une fois par jour (ou en continu), au départ et en retour de boucle, au point de puisage le plus éloigné de la production d'eau chaude sanitaire, et aux points de puisage à risque. Il est demandé une complète traçabilité de cette surveillance.

 

Comment gériez-vous précédemment la surveillance des canalisations d'eau chaude de votre établissement ?
P.H. : Dès 2005, dans le cadre de la prévention de ce risque, le centre hospitalier de Saint-Junien, en liaison avec le commercial JRI, s'est doté de capteurs transmetteurs de type Hygitherm, associés à des enregistreurs de type minibox.
À l'époque, cette solution nous a permis de dresser une cartographie des réseaux, mais elle obligeait à une récupération manuelle et périodique de toutes les informations enregistrées.

 

Ensuite, vous avez choisi d'intégrer la solution JRI, comment s'est effectuée son installation ?
P.H. : Nous avons profité de la construction du bâtiment scanner-urgences en 2008. Ainsi, nous avons équipé ces installations de capteurs et d'enregistreurs de nouvelle génération qui, associés à des modems, nous permettent de faire transiter les informations enregistrées sur notre réseau informatique. L'application informatique Sirius dédiée à la surveillance des légionelles nous a réellement facilité l'exploitation de ces mesures. C'est donc tout naturellement que nous avons décidé en 2010 de remplacer sur l'ensemble de nos sites nos anciens capteurs et transmetteurs par ces équipements innovants.
Les enregistreurs de température sont installés aux endroits préconisés dans le texte de référence, ils permettent de cette manière une cartographie et une traçabilité en continu de toutes les installations. Actuellement le logiciel Sirius est paramétré sur deux postes dont celui du responsable maintenance qui assure la surveillance du réseau et gère les alarmes au quotidien.

 

Quelles ont été les problématiques liées à la mise en place de ce chantier ?
P.H. : Il n'y a pas eu de problème particulier lors de la mise en place de ces capteurs grâce au professionnalisme du technicien JRI détaché sur site. Un travail préparatoire avait été réalisé pour définir les endroits précis d'implantation de ces équipements qui nécessitent à proximité immédiate une prise réseau et une alimentation électrique.

 

Que se passe-t-il lorsque le seuil de température est dépassé ?
P.H. : La gestion des alarmes est réalisée via le Widget affiché en permanence sur l'écran des postes dédiés. Lorsqu'une alarme survient, un simple clic sur le voyant permet d'afficher la liste des unités surveillées en alarme.
Chaque enregistreur est configuré avec un seuil de température haut et bas. En cas de dépassement, une exploitation des données de l'installation est réalisée soit en mode graphique (visualisation des courbes de températures), soit en mode tableau (format Excel). Le logiciel permet de saisir les raisons d'acquittement des alarmes et de conserver une traçabilité complète de nos installations.

 

Quels sont les atouts de la solution JRI ?
P.H. : La mesure se fait par radio fréquence, le système JRI est simplement fixé sur la canalisation, sans perçage, ce qui rend l'installation rapide, non destructive et déplaçable.
Autre point fort, les fichiers de mesure, sécurisés et infalsifiables, sont créés automatiquement
par Sirius lors du chargement des données. De plus, à tout moment l'installation
peut être personnalisée par une modification des paramètres des enregistreurs (nom des modules, période de mesure, mode d'alarme, seuil de température, ajout ou remplacement d'appareil).

 

En quoi pensez-vous que le système JRI est adapté à un centre hospitalier ?
P.H. : À la fois conviviale et complète, la solution JRI est une réponse toute trouvée à cette nécessité de surveillance des réseaux d'eau chaude sanitaire. Une réponse que je recommanderais à tout établissement de santé, ces petits équipements leur permettent de lever cette contrainte réglementaire sans aucune difficulté.

 

Propos recueillis par le magazine TIH
Janvier 2012